Études Paroles Terre Pure 13 Patriarches Chinois Terre Pure


Fa-Zhao du Temple Zhulin (bosquet de bambous) (vers 747-821) vécut durant la dynastie Tang (618-907), ses antécédents familiaux et ses premières années restant inconnus. En 765, il se rendit à Hengshan, la montagne Heng dans la province Hunan, et devint un disciple de Cheng-Yuan. Le quinzième jour du quatrième mois de 766, la deuxième année des années Yongtai de l'empereur Daizong, à la Plate-forme Amitabha, Fa-Zhao fit le vœu que, pour le salut de la bodhi et de tous les êtres sensibles, il s'entraînerait toute la vie à travers la Porte du Dharma de la Terre Pure, et que chaque été, il ferait la retraite de méditation intense de quatre-vingt-dix jours conformément au Sutra Samadhi Pratyutpanna.

Durant ce premier été, le quatorzième jour de sa méditation intense, il eut une vision du Bouddha Amitabha, qui lui enseigna la Porte du Dharma de chanter le nom du Bouddha en cinq parties. Il entendit, "Chanter de cette façon s'accorde avec les cinq tonalités émises par les arbres de joyaux dans mon pays. . . Les êtres sensibles dans cette période de déclin du Dharma qui ont rencontré ce trésor du Dharma seront capables de prononcer en continu le nom du Bouddha. Après leur mort, ils vont certainement renaître dans mon pays. . . . Ils traverseront l'océan de souffrance dans cette vie, atteindront la Terre de Non-Régression. . , et rapidement réaliseront la Bouddhéité ".

En 767, la deuxième année des années Dali de l'empereur Daizong, Fa-Zhao demeurait au Temple Yunfeng dans la ville de Hengyang. Un jour, dans son bol de bouillie, il vit des nuages ​​colorés d’où émergea un temple. Au nord-est du temple était une montagne, sous laquelle se trouvait un ruisseau. Sur la rive Nord du ruisseau était dressée une porte de pierre, à l'intérieur de laquelle se trouvait un autre temple. Il portait un signe, qui se lisait "Temple Zhulin du Grand Saint." Une autre fois, dans son bol de bouillie, il vit plusieurs temples dans les nuages, avec des palais, des tours, et des étangs, et la présence de dizaines de milliers de Bodhisattvas. Fa-Zhao consulta des moines érudits au sujet de ses visions. On lui dit que cet endroit serait très probablement Wutaishan, la Montagne Wutai (cinq plates-formes), dans la province Shanxi, laquelle est l'une des quatre montagnes sacrées pour les Bouddhistes chinois.

Pendant l'été de l'an 769, dans une assemblée de Dharma au Temple voisin Hudong, Fa-Zhao dirigea un groupe de pratique de chant du nom du Bouddha Amitabha en cinq parties. Leurs appels sincères furent entendus avec l'apparition de nuages ​​ colorés partout dans le ciel. Dans les nuages ​​se tenaient des tours, des temples, et les Trois Saints, le Bouddha Amitabha, entouré des Bodhisattvas Avalokitesvara et Mahasthamaprapta. Les habitants de Hengyang tous furent témoins de cet étalage, qui dura pendant une longue période. Ils brûlèrent tous de l'encens et se prosternèrent.

Ce soir-là, Fa-Zhao croisa un vieil homme, qui lui dit, "Vous avez fait le vœu de visiter le monde d'or sur Wutaishan, pour rendre hommage au Bodhisattva Manjusri. Pourquoi vous attarder ici ?"

Fa-Zhao répondit, "Les temps sont durs et le voyage est rude."

Le vieil homme dit, "Si on a une forte aspiration, quelle difficulté y a t-il ?"

Puis le vieil homme disparut.

Le treizième jour du huitième mois de 769, Fa-Zhao, en compagnie d'un groupe de moines, partit en pèlerinage à la montagne Wutai. Le sixième jour du quatrième mois de 770, ils arrivèrent en toute sécurité au Temple Foguang (Bouddha de lumière) du comté Wutai.

Avant l'aube, Fa-Zhao vit un rayon de lumière blanche briller sur lui. Il le suivit sur une distance de cinquante lis, et arriva à une montagne, sous laquelle se trouvait un ruisseau. Sur la rive nord de ce ruisseau était une porte de pierre, à laquelle se tenaient deux jeunes. Ils se présentèrent comme étant Sudhana et Nanda. Escorté par eux, Fa -Zhao traversa la porte et marcha cinq lis vers un temple qui portait une pancarte qui disait "Temple Zhulin du Grand Saint." Le sol était d'or et orné de fleurs et d'arbres de joyaux, comme lors de sa vision.

Fa-Zhao entra dans la salle du temple et trouva les Bodhisattvas Manjusri et Samantabhadra, assis chacun sur un trône de lions de pierreries, et entourés d'une multitude de Bodhisattvas. Fa-Zhao s'approcha d'eux, se prosterna, et dit, "Les êtres ordinaires dans cet âge de déclin du Dharma ont des capacités inférieures et des graves entraves. Ils sont incapables de découvrir leur nature de Bouddha. Quelle Porte du Dharma peut les mener facilement vers l'essence de l'immense Bouddha Dharma ? "

Le Bodhisattva Manjusri répondit, "Votre question est opportune. En cette ère du déclin du Dharma, aucune Porte du Dharma ne peut mieux accomplir la sagesse et le mérite que les doubles Portes du Dharma de la pensée aux Bouddhas et de faire des offrandes aux Trois Joyaux. Dans les kalpas passés, grâce à la pensée aux Bouddhas et à la pratique des offrandes aux Trois Joyaux, j'ai acquis la connaissance de toutes les connaissances [sarvajna-jnana]. Tous les bons dharmas, tels que la paramita et le profond dhyana, sont nés de la pensée aux Bouddhas, laquelle est le roi des dharmas. "

Fa-Zhao demanda, "Comment peut-on penser aux Bouddhas?

Le Bodhisattva Manjusri répondit, "À l'Ouest d'ici se trouve un monde dans lequel réside le Bouddha Amitabha. La puissance de Ses vœux est inconcevable. Vous devriez penser à Lui sans interruption. Après la mort, vous renaîtrez certainement dans Sa terre, debout sur le sol de Non-Régression. "

Les Bodhisattvas Manjusri et Samantabhadra étendirent leurs bras d'or et frottèrent le sommet de la tête de Fa-Zhao. Ils lui dirent, "Parce que vous pensez aux Bouddhas, vous allez bientôt réaliser l'anuttara-samyak-sambodhi. Si des hommes et des femmes de bien avec détermination pensent aux Bouddhas, eux aussi atteindront rapidement l'anuttara-samyak-sambodhi."

Triomphalement et avec exubérance, Fa-Zhao se prosterna devant eux. Il quitta la salle, et les deux jeunes gens l'escortèrent en dehors du temple. A peine avait-il levé la tête que le temple disparut. Fa-Zhao fit ensuite un tas de pierres pour marquer le lieu.

Le huitième jour de ce mois, Fa-Zhao et son groupe se rendirent au Temple Huayan pour s'y installer. Le treizième jour, lui et une cinquantaine de moines amis allèrent à la grotte Vajra de la montagne Wutai. Ils récitèrent pieusement les noms de trente-cinq Bouddhas, se prosternèrent devant chaque nom. Après seulement dix prosternations, Fa-Zhao vit la grotte se transformer en une vaste place où se trouvait un palais d'aigue-marine pure. Présents à l'intérieur étaient des saints Bodhisattvas, y compris Manjusri et Samantabhadra.

Dans l'espoir de voir le Bodhisattva Manjusri une fois de plus, Fa-Zhao ensuite retourna seul à la grotte. Il se prosterna à terre et pria. Soudainement, il vit un moine indien qui se faisait appeler Buddhapala. Buddhapala le conduisit à un temple étincelant de pierreries avec un signe au dessus de sa porte, les mots en or lisibles étaient "Temple Prajna Vajra." Dans l'enceinte du temple se trouvaient des centaines de tours et de châteaux majestueux, et Manjusri le Grand Saint était entouré par la foule. Fa-Zhao voulait y rester, mais Buddhapala ne le lui permit pas. Il fit sortir Fa-Zhao et lui dit, "Entraînez-vous assidûment. Lorsque vous reviendrez, vous pourrez y rester."

Dans le douzième mois de cette année, Fa-Zhao commença une retraite de méditation au Temple Huayan. Il jeûna et fit le vœu de renaître dans la Terre Pure. Le soir du septième jour, un moine indien entra dans la salle et lui demanda, " Pourquoi ne dites-vous pas aux gens ce que vous avez vécu ici sur Wutaishan ?" Ensuite, le moine indien disparut.

Le lendemain, dans l'après-midi, Fa-Zhao vit un autre moine indien, âgé d'environ quatre-vingts ans, qui lui dit sévèrement, "Si vous partagez avec les êtres sensibles votre expérience extraordinaire sur Wutaishan, ils seront inspirés pour activer l'esprit d'éveil. Pourquoi ne le faites-vous pas ?"

Fa-Zhao répondit : "Je n'ose pas dissimuler la Voie sacrée. Cependant, je crains que les gens puissent douter de mes mots et me calomnier."

Le vieux moine dit, "Même Manjusri le Grand Saint, qui se trouve sur cette montagne, ne peut pas éviter les calomnies. Il est plus important d'inciter les êtres à activer l'esprit d'éveil que de vous sauver vous seul."

Après que sa retraite fut terminée, Fa-Zhao écrivit ses expériences, et diffusa ses histoires pour que le monde les connaisse.
Dans le premier mois de 771, plus de trente moines du Temple Huayan allèrent avec Fa-Zhao visiter la grotte Vajra et le lieu qu'il avait marqué. Comme ils se souvinrent des récits de Fa-Zhao, ils entendirent soudainement des cloches sonner en rythme évident. Surpris et ravis, ils furent convaincus que tout ce que Fa-Zhao avait affirmé avoir vu était vrai. Puis ils gravèrent ses histoires sur les parois de la grotte Vajra. Plus tard, sur le site marqué, environ quinze lis au sud du Temple Huayan, un petit temple fut construit, et il fut nommé Zhuling le Temple du Grand Saint.

Dans le neuvième mois de 777, la douzième année des années Dali de l'empereur Daizong, Fa-Zhao et huit disciples se rendirent à la plate-forme Est de Wutaishan, la montagne Wutai (cinq plates-formes). Ils virent d'abord des rayons de lumière blanche brillante.

Puis, au milieu de nuages ​​colorés émergea un disque de lumière rouge, dans lequel Manjusri le Bodhisattva était assis sur un lion bleu. Comme des flocons de neige descendant du ciel, des disques de lumière colorée se déversèrent sur toute la vallée de la montagne.

Le restant de sa vie, avec une foi inébranlable, Fa-Zhao assidûment n'arrêta pas de réciter le nom du Bouddha Amitabha. Il enseigna également aux gens de chanter le nom du Bouddha Amitabha en cinq parties. Au cours des années Dali (766-779), l'empereur Daizong l'invita à Chang-an, capitale de la Chine, pour enseigner aux gens la pratique du chant en cinq parties. Puis en 784, la première année des années Xingyuan, l'empereur Dezong l'invita aussi à Chang-an pour enseigner cette pratique du chant en cinq parties.

Un jour, dans sa méditation, Fa-Zhao vit à nouveau Buddhapala, qui lui dit, "Votre fleur de lotus dans la Terre Pure est prête. Elle va fleurir dans trois ans." Trois ans plus tard, Fa-Zhao fit ses adieux à la foule. Il s'assit les jambes croisées et décéda pour une renaissance dans la Terre Pure.

Les enseignements de Fa-Zhao sont simples et directs. Il enseigne aux gens de ne pas laisser la colère s'élever quand ils s'exercent pour la bodhi, mais de se souvenir que dans les dharmas il n'y a ni moi ni les autres. Ceux qui recherchent la Terre Pure de l'Ouest devraient demeurer intacts au milieu des objets des sens.

Son enseignement spécial pour les personnes afin d'atteindre le Samadhi de la Pensée-Aux-Bouddhas, est de réciter le nom du Bouddha Amitabha en cinq parties avec différentes vitesses et volumes sonores : en premier, avec une tonalité lente (le premier ton en Chinois); en second, avec une tonalité lente descendante (le troisième ton en Chinois); en troisième, avec une vitesse modérée; en quatrième, avec un rythme accéléré; en cinquième, avec une vitesse élevée. Tous les participants chantent les six syllabes "namo amituo fo" dans les quatre premières parties, mais chantent les quatre syllabes "amituo fo" dans la cinquième partie. Bien que les tons exacts enseignés par Fa-Zhao ont été perdus, les bouddhistes modernes Chinois en groupe pratiquent le chant du nom du Bouddha Amitabha de plusieurs manières pendant qu'ils font la méditation en marchant, terminant à vitesse élevée après s'être assis, suivie par une méditation silencieuse.


© Amitabha Terre Pure Diffusion

Le Quatrième Patriarche Terre Pure : Fa-Zhao [Dharma Lumineux]