Études Paroles Terre Pure 13 Patriarches Chinois Terre Pure


Zhi-Xu du Temple Lingfeng (1599-1655) vécut de la fin de la dynastie des Ming (1368-1644) et dans le début de la dynastie Qing (1644-1912). Son nom de famille était Zhong, et ses ancêtres, à l'origine domiciliés à Kaifeng, province du Henan, déménagèrent vers le sud pour s'installer dans le comté de Wu, la province du Jiangsu. Pendant dix années, son père régulièrement récitait le mantra de la Grande Compassion et, une nuit, rêva du Bodhisattva Avalokitesvara qui lui donnait un fils. Peu de temps après, Zhi-Xu naquit le troisième jour du cinquième mois de l'an 1599, la vingt-septième année des années Wanli de l'empereur Shenzong.

Dès son jeune âge, Zhi-Xu se vantait de sa compréhension de la philosophie de Confucius (vers 511-479 avant J-C) et de Mencius (vers 372-289 avant J-C), et il écrivit des milliers de mots critiquant le Dharma du Bouddha. À dix-sept ans, il tomba sur le travail de Zhuhong "Zhuchuang suibi" [Écrits de causalité à la fenêtre de bambou]. Il réalisa immédiatement son erreur et brûla tous ses essais qui calomniaient le Bouddha. À l'âge de vingt ans, son père mourut, au profit duquel il récita le Sutra des Vœux Originels du Bodhisattva Matrice de la Terre, et son esprit se détourna pour transcender la vie mondaine. Zhi-Xu se mit à réciter le nom du Bouddha Amitabha tous les jours.
À l'âge de vingt-quatre ans, trois fois par mois, Zhi-Xu rêva du Maître Chan Deqing (1546-1623). Toutefois, Deqing avait déménagé au Temple Nanhua de Caoxi, la province du Guangdong. Zhi-Xu devint alors moine sous la main du disciple de Deqing, le Maître du Dharma Xueling.

Zhi-Xu se rendit à la montagne Jing pour pratiquer la contemplation Chan. L'été suivant, dans une profonde méditation, tout à coup il fit l'expérience de la disparition du monde de son corps et de l'esprit, et il vint à comprendre que tous les phénomènes ne sont que des projections de l'esprit pensant tenace, passant de pensée après pensée. Sa perception antérieure d’une contradiction entre la nature du dharma et l'apparence du dharma tomba, et, tous les cas publics de l'école Chan qui l'avaient intrigué devinrent évidents.

À l'âge de vingt-huit ans, après la mort de sa mère, Zhi-Xu alla à Songling, province du Jiangsu, et commença une autre retraite de méditation. Au cours de cette retraite, il tomba gravement malade et faillit mourir. Puis, il se résolut avec détermination à renaître dans la Terre Pure. Lorsque sa maladie diminua, il récita sincèrement le mantra de renaissance pendant sept jours, et transféra ce mérite à sa renaissance dans la Terre Pure.

Après sa retraite de trois ans terminée, Zhi-Xu étudia le Vinaya et crut fermement que les préceptes étaient la base de l'entraînement spirituel. Il était déterminé à promouvoir le Vinaya. À l'âge de trente-deux ans, il commença à étudier la doctrine de l'école Tiantai, et l'enseigna dans plusieurs temples, mais il ne se considérait pas comme un défenseur de l'école Tiantai.

Au cours des vingt-quatre années suivantes, Zhi-Xu séjourna et enseigna dans plusieurs temples, dont le Temple Lingfeng dans le comté Anji, province de Zhejiang. En 1654, à l'âge de cinquante-six ans, Zhi-Xu retourna au Temple Lingfeng. Dans le onzième mois, il tomba malade. Le troisième jour du douzième mois, il dit à ses disciples qu'après sa crémation, sa dépouille devrait être écrasée et mélangée avec de la farine et de l'eau, et servir à l'alimentation des animaux terrestres et aquatiques.

Le vingt et unième jour du premier mois de l'an 1655, la douzième année du règne de l'empereur Shunzhi de la dynastie Qing, vers midi, assis les jambes croisées sur son lit, Zhi-Xu leva ses mains vers l'Ouest et décéda pour une renaissance dans la Terre Pure, à l'âge de cinquante-sept ans.

Trois ans plus tard, ses disciples ouvrirent le coffret cubique et trouvèrent Zhi-Xu avec une apparence fraîche et vivante, ses cheveux ayant grandi jusqu'à couvrir ses oreilles. Après la crémation de son corps, au lieu d'écraser ses reliques, ils les consacrèrent dans une pagode sur la montagne Lingfeng.

Zhi-Xu est honoré comme l'un des quatre grands maîtres de la dynastie des Ming. Ecrivain prolifique, sous son épithète bien connu Ou-Yi, il annota plusieurs sutras et écrivit sur divers sujets. Par exemple, son travail "Une Explication du Sutra Amitabha"  est un texte étudié par la plupart des aspirants de la Terre Pure. Son anthologie, "Dix Essentiels pour la Terre Pure", fournit également une bonne source d'apprentissage.

Au cours de ses jours d’existence, la voie Chan était considérée comme l'élite, et réciter le nom du Bouddha Amitabha était considéré comme une entreprise peu profonde pour gens stupides. Les exposants Chan généralement conseillaient à ceux qui récitaient le nom du Bouddha Amitabha d'envisager la question Chan : "Qui récite le nom de Bouddha ?"

Selon Zhi-Xu, il n'est pas nécessaire de contempler qui récite Son nom. Cette question et d'autres questions intrigantes Chan sont pour ceux de faible capacité. Même si l'on peut livrer de façon éloquente les enseignements dans tous les sutras dans les douze catégories et résoudre 1.700 cas publics, ces réalisations sont des sujets sur la rive du samsara, et seront absolument inutiles à notre mort.

Il enseigne que l'on doit croire que notre esprit forme un Bouddha et que notre esprit est le Bouddha. L'esprit présent avec la seule pensée du Bouddha Amitabha est pur dans la nature du dharma. Penser au Bouddha Amitabha est l'entraînement inégalé profond Chan. Dire son nom afin de renaître dans sa Terre est comme le coup reçu à la tête infligé par un maître Chan.

Selon lui, il n'est pas nécessaire d'abandonner le Bouddha Amitabha dans l'Ouest afin de trouver un autre Bouddha Amitabha dans notre esprit, ou de renoncer à sa Terre Pure de l'Ouest afin de trouver une autre Terre Pure dans notre esprit, car il est impossible de trouver un Bouddha ou une Terre Pure en dehors de notre esprit. En outre, la renaissance en la Terre Pure du Bouddha Amitabha est la renaissance dans toutes les Terres Pures de tous les Bouddhas.

Zhi-Xu exhorte tout le monde à fixer un horaire quotidien pour réciter "amituo fo". Les débutants devraient utiliser un mala (volet de perles) pour suivre leurs répétitions. Grâce à l'entraînement persistant, on pourra réciter pensée après pensée, sans l'aide des grains du mala.

Par la foi et la détermination, et l'entraînement à la pensée au Bouddha Amitabha en récitant son nom, on va renaître dans Sa Terre, debout sur le Sol de Non Régression.


© Amitabha Terre Pure Diffusion

Le Neuvième Patriarche Terre Pure : Zhi-Xu ou Ou-Yi [Aube de Sagesse]